Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Novembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 13 mars - 5ème Dimanche de Carême : « Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve afin de pouvoir l’accuser »

Dimanche 13 mars - 5ème Dimanche de Carême : « Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve afin de pouvoir l’accuser »

La femme pécheresse que scribes et pharisiens amènent devant Jésus n’est donc qu’un prétexte. Elle n’est qu’un objet dont ils se servent pour continuer leurs desseins d’élimination de ce personnage trop populaire à leurs yeux et qui les dérangent.

Mais s’ils espèrent coincer Jésus de cette façon c’est qu’ils ont déjà une idée de sa réaction.
Ils pensent au plus profond d’eux que celui que beaucoup appellent « Maître » ne va pas condamner cette femme.
Ils ont déjà été témoins de son attitude d’accueil et de bienveillance envers tous, y compris les publicains et les pécheurs.
Alors, va-t-il oui ou non appliquer la loi ?

Or le Christ ne se prononce pas. Il ne se laisse pas enfermer dans la problématique du permis et du défendu. Il renvoie chacun à lui-même et à sa conscience.

L’attitude du Christ interroge fortement nos propres jugements sur les autres. Nous leur collons des étiquettes qui les enferment. Jésus, lui, ouvre la porte : « Va »

L’attitude honnête des scribes et des pharisiens : « Ils s’en allèrent un à un en commençant par les plus âgés » nous rappelle que nous sommes tous pécheurs, mais des pécheurs pardonnés.

Est-ce vraiment pour nous une bonne nouvelle ?

Père Gérard BOËT