Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Novembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 29 mai - 9ème dimanche ordinaire : « Chaque fois que vous mangez ce pain et buvez à cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’Il vienne »

Dimanche 29 mai - 9ème dimanche ordinaire : « Chaque fois que vous mangez ce pain et buvez à cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’Il vienne »

Saint Paul est le premier des apôtres qui n’a pas vécu directement l’évènement de la Cène que nous célébrons le Jeudi Saint.
Mais à plusieurs reprises il en parle dans ses lettres comme d’une réalité qu’il a reçue du Seigneur et qu’il doit transmettre à son tour.
En cette fête du Corps et du Sang du Christ, je ne peux que redire combien l’Eucharistie est une réalité primordiale dans la vie de l’Eglise.
« L’Eglise fait l’Eucharistie et l’Eucharistie fait l’Eglise  » est une formule des plus anciennes, reprise par le père de Lubac, et qui montre le lien existentiel entre ces deux réalités.
De même au concile Vatican II il est réaffirmé avec force que « L’Eucharistie est source et sommet de toute vie chrétienne  »

Cela nous renvoie à cette parole du Christ à la fin de la Cène : « Faites ceci en mémoire de moi ».
Faire mémoire c’est bien sûr se souvenir. Mais c’est bien plus que cela.
Le prêtre au moment de la consécration redit les paroles mêmes du Christ non comme le souvenir d’un évènement du passé mais comme une réalité pour aujourd’hui.
Sa mort et sa résurrection ne sont pas enfermés dans une histoire arrivée il y a 2000 ans.
Il est mort pour nous aujourd’hui ! Il est vivant pour nous aujourd’hui !
Le corps en croix est aussi celui de l’Eucharistie.

Le monde a faim et soif !
Le Christ répond à cette attente.
Et moi ? Quelle nourriture vais-je partager avec mes frères ?

Père Gérard BOËT