Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Novembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 23 octobre - 30ème dimanche ordinaire : « Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis »

Dimanche 23 octobre - 30ème dimanche ordinaire : « Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis »

« La miséricorde est l’acte suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. C’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie » (Pape François)

« C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on reconnaîtra que vous êtes mes disciples » (Jean 13/25)

Nous connaissons le double commandement d’amour donné par le Christ avant de quitter ses apôtres.
Mais que veut dire connaître ?
Notre foi n’est pas de l’ordre du savoir mais du vivre.
Alors comment ne pas se reconnaître pécheur devant une telle attente de la part du Seigneur ?

Je sais que beaucoup rétorqueront : « Je fais ce que je peux ».
D’une part cela reste à vérifier. Nous pouvons tous progresser dans l’amour.
Croire que nos limites sont intangibles n’est-ce pas déjà cela le péché ?

D’autre part se reconnaître pécheur est libérateur. C’est m’accepter tel que je suis.
La lucidité sur moi-même, loin de m’enfermer dans mes limites et mon péché, m’ouvre à des possibles souvent inattendus.

Et comme pour le publicain de ce dimanche, cette reconnaissance m’ouvre à l’amour infini de Dieu. Elle me rend disponible à accueillir un amour qui me dépasse. Elle me rend disponible à l’action de Dieu en moi.

Seigneur, montre-nous ta miséricorde.

Père Gérard BOËT