Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Septembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 18 décembre - 4ème dimanche de l'Avent : « Voici que la vierge enfantera un fils, on lui donnera le nom d'Emmanuel »

Dimanche 18 décembre - 4ème dimanche de l’Avent : « Voici que la vierge enfantera un fils, on lui donnera le nom d’Emmanuel »

Tel est le signe annoncé de la part de Dieu au roi Acaz par Isaïe.
Drôle de signe peu en rapport avec la situation difficile vécue par Israël marquée par des conflits guerriers mettant son existence en péril.
Des siècles plus tard cette annonce se réalise dans un contexte tout aussi difficile dû à l’occupation de la Palestine par les romains.
Signe guère plus parlant pour les contemporains de Jésus :
« Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu ».
Pendant 30 ans le signe absolu de la présence de Dieu au milieu des hommes ne sera vraiment reconnu que par Marie et Joseph.

Cela nous interroge fortement à tous niveaux.

Quand nous sommes devant la crèche que voyons-nous ?
Jésus enfant est déjà signe de Dieu.
En quoi cet enfant est-il parole pour nous aujourd’hui ?
Par l’enfantement de Marie Dieu prend notre chemin d’humanité.
Par la fragilité de l’enfant Dieu rejoint nos fragilités, nos faiblesses.
Regardons...Contemplons...Accueillons...Faisons silence.

Autour de nous nombre de personnes, enfants, jeunes ou adultes, vivent la fragilité.
Portons-nous sur eux le regard que nous portons sur l’enfant de Noël ?

N’est-ce pas aussi un appel à nous laisser rejoindre dans nos propres fragilités que nous avons tant de mal à reconnaître.
C’est au cœur de ces fragilités que l’enfant de Marie nous parle. Ecoutons-le.

MERCI MARIE !

Père Gérard BOËT