Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2019  »»
««  Avril  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Événements prochains ou récents
Aucun événement à venir dans les 6 prochains mois
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 24 mars 2019 3ème dimanche de Carême : Nous convertir au nom de la bonté de Dieu

Dimanche 24 mars 2019 3ème dimanche de Carême : Nous convertir au nom de la bonté de Dieu

Nous croyons que Dieu est amour, nous proclamons notre foi en la bonté de Dieu, et pourtant, devant l’absurdité du mal et de la souffrance, il arrive parfois que tel ou tel se demande s’il y a un lien entre son péché et le mal qui lui arrive. « Ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? », demande Jésus à ceux qui l’interrogent. « Eh bien, je vous dis : pas du tout ! », répond-il. Voilà qui rassure. Dieu est un Père, pas un père fouettard.

Mais si ces paroles nous sont proposées au cœur du Carême, c’est pour nous aider à méditer ce que Jésus ajoute : « si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même ». Ce n’est pas parce que le quotidien n’est pas parsemé de sanctions divines à chaque fois que nous péchons, que nous ne devons pas nous convertir. Au contraire ! Il est d’autant plus urgent que nous revenions au Seigneur, que l’amour qu’il a pour chacune et chacun de nous est sans mesure, sans limite.

Que le Seigneur, en ce Carême, fortifie notre liberté appelée, plus encore que dans les autres temps, à se déterminer. Qu’en particulier par un effort soutenu de prière et de privations vécues avec le cœur, nous sachions nous ouvrir à l’amour de Dieu et de notre prochain.

Emmanuel TOIS+