Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2019  »»
««  Août  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Événements prochains ou récents
Aucun événement à venir dans les 6 prochains mois
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 28 avril 2019 dimanche de la divine Miséricorde : Seigneur, pourquoi ?

Dimanche 28 avril 2019 dimanche de la divine Miséricorde : Seigneur, pourquoi ?

Même revu à la baisse (253 semble-t-il), le nombre de morts dans les attentats survenus au Sri Lanka le jour de Pâques est une horreur. Et aussi un coup porté à notre espérance : Seigneur, pourquoi ?

Devant ce drame, je pense à saint Paul : « Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance » (1 Co 12, 26). Et je pense aussi à toute la théologie du Concile qui rappelle avec force que l’Eglise est le corps du Christ. A travers les chrétiens persécutés, l’expression un peu abstraite de théologiens comme saint Léon le Grand, selon laquelle le Christ est en agonie jusqu’à la fin du monde, prend son sens. En effet, relier ainsi la souffrance de disciples du Christ à celle de leur Seigneur aide peut-être à ne pas désespérer : si Jésus vit sa Passion jusqu’à la fin du monde, il vit aussi sa Pâque. Il est, en quelque sorte, simultanément en agonie, crucifié, aux enfers et ressuscité.

Surtout, relier la souffrance de Chrétiens à celle de Jésus nous invite à un profond effort de prière pour ces communautés persécutées. Ce n’est pas qu’à Pierre, Jacques et Jean que Jésus a demandé, à Gethsémani, de veiller et de prier (Mt 26, 41). C’est à nous aussi, afin que nous priions pour les membres souffrants de son corps. Comme l’écrit Pascal : « Jésus sera en agonie jusqu’à la fin du monde : il ne faut pas dormir pendant ce temps-là ». Notre prière pour les Chrétiens persécutés est une réponse d’amour à cette demande de Jésus entrant dans sa Passion. Ne lâchons pas.


Emmanuel Tois +