Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Novembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « 25 mars 2012 - « Le grain de blé qui meurt donne beaucoup de fruits »

25 mars 2012 - « Le grain de blé qui meurt donne beaucoup de fruits »

5ème dimanche de Carême _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

« Le grain de blé qui meurt donne beaucoup de fruits »

Seigneur,
C’est tout ton chemin qui est résumé par cette parole de
l’Evangile.
Le grain de blé qui meurt n’est-ce pas Toi sur la croix ?
Il fallait à tout prix que tu authentifies ta parole.
Que serait-elle aujourd’hui sans la croix ?
Croirions-nous en Toi si tu n’avais ainsi manifesté la violence de ton amour, la profondeur de ton attachement à l’homme ?
Tu serais devenu simplement un sage parmi d’autres.

Mourir pour vivre !
C’est aussi le chemin que tu nous proposes.
Mourir à nos égoïsmes, à nos repliements sur nous-mêmes,
à nos peurs, à nos refus de l’autre…
Mourir à tout ce qui nous empêche d’aimer.
Chemin exigeant o combien, mais chemin de vie.
La petite graine porte en elle déjà tout l’épi.
N’est-ce pas le chemin des béatitudes ?

« Je vous ai choisis pour que vous portiez des fruits et des fruits qui demeurent »

Seigneur,
Fais nous désirer ce chemin
AMEN
 !

Père Gérard BOËT

Peinture d’Anne Lambert illustrant le thème "Le grain de blé"
La graine en mourant fait vivre le blé, la fleur... Surmonter nos soucis, accepter nos morts, nous mène vers la vie de Dieu, nous permet de porter des fruits.

4ème dimanche de Carême _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

" Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique"


Seigneur,
Cette réalité du don que tu nous fais de ton Fils, nous l’avons déjà vécue à Noël.
Le petit enfant que nous avons accueilli et célébré à Noël, c’est toi, Dieu, qui prends en toute chose notre humanité, c’est toi qui prends le chemin de notre propre humanité.
Il est la parole ultime de Celui qui ne s’est jamais résolu à toutes nos ruptures d’Alliance.

Ce don, c’est aussi sur la croix qu’il va être signifié une fois pour toutes. "Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime."
C’est là, Seigneur, que nous mesurons combien ton amour est sans limite puisqu’il va jusqu’à donner celui qui fait partie intégrante de ta vie.

Ce don, Seigneur, comment le recevons-nous ?
Comme les hébreux dans le désert regardaient le serpent de bronze, regardons -prenons le temps de regarder vraiment- la croix de ton Fils.
Dans notre marche vers Pâques, arrêtons-nous au pied de la croix.
Laissons-nous regarder par le Fils.
Entrons dans le vie qu’Il nous donne pour aujourd’hui et pour toujours.
AMEN

Père Gérard BOËT

Peinture d’Anne Lambert illustrant le thème "Le serpent de bronze et la croix"
Comme Moïse dresse le serpent d’airain pour guérir les maladies, la Croix du Christ est dressée comme ouverture à la lumière de Dieu.

3ème dimanche de Carême _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

" Aujourd’hui, nous sommes le temple de Dieu"


Seigneur,
Il est rare de te voir autant en colère.
Pourquoi t’es-tu fabriqué un fouet pour chasser les vendeurs du temple ?
Certes, la maison de ton Père avait une drôle d’allure.
Le commerce y était omniprésent.

Qu’est-ce qui comptait vraiment pour ceux qui venaient au Temple ?
Faire la plus belle offrande pour le sacrifice ?
Mettre, au vu de tous, une belle somme dans le trésor ?

Et la prière dans tout cela ?
Et la rencontre de ton Père ?
Et l’alliance ?

Aujourd’hui, Seigneur, tu fais de chacun de nous le nouveau temple de Dieu.
Tu n’habites pas d’abord un bâtiment, aussi beau soit-il, mais le cœur de chacun de tes enfants.
Jeunes ou moins jeunes, beaux ou laids aux yeux des hommes, chrétiens ou non, Seigneur en chacun d’eux, en chacun d’entre-nous, tu veux faire ta demeure.

Merci Seigneur pour ce projet fou ;
Merci Seigneur pour ce désir d’amour.

Père Gérard BOËT

Peinture d’Anne Lambert illustrant le thème de "Les marchands du temple"
En bousculant les marchands du temple, leurs comptoirs et leurs animaux, Jésus rappelle que sa maison est une maison de prière, et que nous-mêmes sommes le temple de Dieu.

2ème dimanche de Carême _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

" Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le"

Seigneur,
C’est de la nuée qui rappelle celle de la libération d’Égypte que tu t’adresses à Pierre, Jacques et Jean que ton Fils a emmenés avec lui.
Comment ne pas être surpris par cette parole ?
Oui, soyons surpris.
Car elle n’est pas ordinaire cette parole même si pour nous elle s’est usée
au fil des siècles.

Tout d’abord tu réaffirmes avec force que le lien qui relie le Père et le Fils
est un lien d’amour : « Mon Fils bien-aimé » !
Redisons cette expression encore et encore. Méditons-là…Mangeons là…

« Écoutez-le »
Là encore Seigneur, tu es surprenant !
Tu aurais pu dire aux apôtres : « Obéissez au Christ puisque c’est mon
Fils ».
Et nous aurions trouvé cela normal.
Non, tu invites les apôtres à l’écoute pour que leurs paroles et leurs actes
naissent de la parole de ton Fils.
Tu les appelles à la liberté et à l’intelligence du coeur.
_ Seigneur,
Je crois que c’est vrai pour nous aujourd’hui.
Ecoutons la parole de ton Fils et nous vivrons
AMEN !
Père Gérard BOËT

Peinture d’Anne Lambert illustrant le thème de "La Transfiguration"
Ecouter le Fils bien-aimé de Dieu nous aide à être présent dans notre ville, dans notre vie de tous les jours. Mais l’évidence de la présence de Dieu auprès de nous n’est pas quotidienne ; les jours de Transfiguration sont rares mais précieux.

1er dimanche de Carême _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

"Délivre-nous des tentations"

Seigneur,
Nous te le demandons chaque fois que nous nous adressons à Toi par les paroles du Notre-Père.

Tentés, oui, nous le sommes !
Nous sommes même tentés de ne pas le reconnaître...
Pourtant, qui n’est pas tenté par la possession, l’argent ou le sexe, par les honneurs, le pouvoir ou les paillettes ? La liste serait longue, Seigneur, de ce qui nous éloigne de Toi.
Et la tentation suprême n’est-elle pas de régler notre vie sur ces valeurs éphémères ?

Toi aussi, Seigneur, tu as été tenté.
Tu nous rejoins, une fois de plus, dans la profondeur de notre humanité fragile et partagée.
Mais tu as refusé d’être le Messie triomphant que beaucoup attendaient.
Tu as choisi le chemin de la vraie vie : celle de la proximité avec nous, celle de l’écoute, de l’accueil et du partage, celle d’une vie qui se donne.

Nous te le demandons au début de ce carême, rends-nous lucides sur nous-mêmes.
Fais-nous choisir d’essayer de vivre à ta suite.
Accompagne-nous sur le chemin qui mène à Pâques.
AMEN !

Père Gérard BOËT

Peinture d’Anne Lambert illustrant le thème de "La Tentation"
L’homme que nous sommes et qui commence son carême rencontre des obstacles à sa conversion : l’envie de bien manger, de se laisser aller à la débauche, la recherche du pouvoir et de la gloire, le désir d’être riche et le besoin d’être violent...