Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Novembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 23 novembre 2014 : « Amen ! Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait »

Dimanche 23 novembre 2014 : « Amen ! Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait »

Relisons attentivement cette parole du Christ que nous croyons connaître.
Bien plus que de nous inviter simplement à être gentil avec les autres cette parabole souvent appelé « du jugement dernier » nous entraine au cœur même de l’incarnation.

Certes, l’appel à l’accueil, à l’écoute et au partage par lequel elle commence est fort d’autant plus qu’il concerne les exclus de notre société : pauvres, étrangers, malades, prisonniers…
Il nous rappelle cette autre parole « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’ont reconnaitra que vous êtes mes disciples »

Incarnation oui, car Jésus Christ appelle ces pauvres et ces malheureux ses frères.
Le SDF que nous croisons dans la rue est frère de Jésus, pareil pour l’immigré ou celui qui vit dans la violence des prisons…

Mais le Christ va encore plus loin puisqu’il dit : « C’est à MOI que vous le faites ».
Incarnation oui, puisque le Christ s’identifie à ces hommes, ces femmes, ces enfants, à ceux que Jean-Paul II appelait « les blessés de la vie ».

Comment ne pas commencer par changer notre regard sur eux ?
Comment ne pas aller au devant d’eux, dépassant tous nos aprioris ?

N’est-ce pas une des dimensions que « Le Rosaire hors les murs » veut nous faire vivre en cet AVENT 2014 ?

Père Gérard BOËT