Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Novembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 12 avril - 2ème Dimanche de Pâques

Dimanche 12 avril - 2ème Dimanche de Pâques

Tel est l’amour de Dieu : garder ses commandements et ses commandements ne sont pas un fardeau »

Le mot commandement apparait très peu dans la bouche du Christ.
On aurait pu attendre du Messie, de l’envoyé de Dieu qu’il donne des consignes précises, qu’il édicte des lois pour compléter la loi de Moïse.
De fait il n’en est rien.
Les deux textes fondamentaux que nous donne le Christ et qui sont les Béatitudes et le texte dit du « jugement dernier » sont des chemins à vivre plus que des commandements à respecter.
Mais lorsqu’il s’agit explicitement d’aimer le registre change.
C’est au moment crucial où le Christ adresse ses dernières paroles à ses disciples qu’il leur donne ce commandement ultime :
« Ce que je vous commande c’est de vous aimer les uns les autres ».(Jean 15/17)
Devant la clarté d’un tel propos tous nos faux-fuyants et nos fausses raisons de ne pas répondre sont de peu de poids.

Et là se pose la question : Aimer est-il un fardeau ???
Souvent nous sommes tentés de répondre oui.
Or, bien au contraire, grandir dans l’amour des autres est une libération, un élargissement de mon être profond.
N’est-ce pas l’amour de nos proches qui nous a fait grandir et nous fait vivre aujourd’hui ?
En ce temps de Pâques laissons l’amour du Christ creuser en nous un chemin.

Père Gérard BOËT