Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Novembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 1er novembre - Toussaint : « Bien aimés, dès maintenant nous sommes appelés enfants de Dieu »

Dimanche 1er novembre - Toussaint : « Bien aimés, dès maintenant nous sommes appelés enfants de Dieu »

En cette fête de le TOUSSAINT, en cette fête de TOUS LES SAINTS où nous accueillons la parole des Béatitudes, nous pourrions écrire :
« Bienheureux vous qui êtes enfants de Dieu ».
Oui, il s’agit bien d’une bonne nouvelle.
Pourtant à y réfléchir, est-ce si évident pour nous ?
Même si l’enfant est important dans notre société ce n’est qu’un état provisoire.
« Voyons, tu n’es plus un enfant » est un reproche que nous adressons souvent à nos jeunes qui s’écartent de ce que nous pensons être bien pour eux.
Alors, que veux dire être enfant de Dieu ?

Du côté de Dieu (si je eux me permettre) cela signifie que nous sommes crées par Lui et qu’il s’agit là d’un acte d’amour.
C’est ce que le Christ affirme quand il dit à ses disciples : « Quand vous priez dîtes : NOTRE PERE ».

De notre côté cela signifie que nous reconnaissons un lien fondamental avec Dieu, un lien existentiel, que comme un enfant nous entrons dans une relation de confiance avec Celui qui nous donne sa vie, que nous tendons les mains vers lui en lui disant « Abba, Père ».
Pour nous présenter devant Dieu il nous faut nous dépouiller de tous nos oripeaux de grande personne intelligente et sérieuse, il nous faut reconnaître nos fragilités.

C’est le chemin qu’ont pris tous les saints connus et inconnus que nous fêtons aujourd’hui.
Prenons ce chemin à leur suite, il est chemin de vie.

Père Gérard BOËT