Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Septembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 8 novembre - 32ème dimanche ordinaire : « Elle a pris sur son indigence, elle a mis tout ce qu’elle possédait »

Dimanche 8 novembre - 32ème dimanche ordinaire : « Elle a pris sur son indigence, elle a mis tout ce qu’elle possédait »

Au moment de cet épisode, Jésus est sur le point d’accomplir ce pour quoi Il est venu, donner sa vie pour la vie du monde.
Son regard sur les personnes qu’il voit dans le Temple est marqué par la proximité de ce qui l’attend.
Et c’est peut-être pour cela qu’il est le seul à remarquer cette pauvre veuve et le don de ses deux piécettes.
Car ce don le touche au plus profond de son être. Pourquoi ?

Nous pouvons penser légitimement que c’est parce qu’elle donne tout son nécessaire.
Quelle que soit notre générosité nous ne donnons que de notre superflu, et encore en partie seulement. Pour la plupart d’entre-nous notre partage avec nos frères ne change que peu de choses dans notre façon de vivre. Donner oui, tout donner non.
Ne pourrions-nous pas quand même nous demander quel pas de plus nous pourrions faire sur le chemin du partage ?

Mais ce que révèle ce geste de cette femme est beaucoup plus qu’une grande générosité.
Son offrande matérielle est le signe d’un total abandon entre les mains de Dieu. En jetant ses deux piécettes elle se jette avec confiance dans les bras de Dieu lui abandonnant sa vie.

C’est justement ce que le Christ est sur le point de vivre, aller jusqu’au bout de l’amour dans le don total de soi.

Et nous ? Et moi ?
Voulons-nous briser les carcans qui nous emprisonnent pour faire un pas plus sur le chemin du don ?

Père Gérard BOËT