Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Septembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 29 novembre - 1er dimanche de l'Avent : « Que votre cœur ne s’alourdisse pas dans les soucis de la vie »

Dimanche 29 novembre - 1er dimanche de l’Avent : « Que votre cœur ne s’alourdisse pas dans les soucis de la vie »

Nombreux sont les soucis de toutes sortes :
Soucis professionnels conduisant au stress et au burn-out
Soucis familiaux conduisant à la séparation
Soucis par rapport à l’avenir de notre société ou de notre planète conduisant à la désespérance….
Soucis devant les conflits de toutes sortes et conduisant au repliement sur soi ….
Oui, les soucis font partie intégrante de nos vies.

Mais ils ne sont pas que négatifs. Si la solution à certains d’entre-deux nous échappent d’autres sont la marque de nos préoccupations pour nos frères, pour ceux que le Seigneur met sur notre chemin.
Ils sont le signe de la vie à laquelle nous aspirons non seulement pour nous mais aussi pour nos proches, pour tous ceux avec lesquels nous partageons une même humanité.

Ne nous laissons donc pas enfermer dans nos soucis.
Ils sont un lieu de responsabilité, ils nous invitent à retrousser nos manches et à nous mettre à l’ouvrage.
Cessons de nous plaindre et de nous lamenter.
Travaillons à faire advenir le Royaume d’amour dont le Christ est le signe et la source, à faire grandir la miséricorde dans nos relations et dans tous les groupes à la vie desquels nous participons.
Nous n’aurons alors plus le temps de nous plaindre, de nous lamenter.
Peut-être même n’en n’aurons nous plus envie.

Seigneur, que ton règne vienne !

Père Gérard BOËT